Éducation prioritaire et "loi de refondation"

lundi 16 janvier

Alors que des lycées classés en "éducation prioritaire" (EP) se mobilisent contre la suppression des moyens qui leur étaient alloués (effectifs de 30 élèves par classe maximum, indemnités et bonifications salariales liées à l’EP), Najat Vallaud-Belkacem a annoncé 450 emplois supplémentaires pour les lycées les plus fragiles. Mais ces 450 postes seront pris sur les 4400 postes alloués au secondaire pour "accompagner la hausse démographique (+ 41 650 élèves)", "accompagner la mise en œuvre de la réforme du collège" et "accompagner le plan 500 nouvelles formations en lycée professionnel" .

La réalité, c’est que la "réforme du collège" permet d’économiser des postes (alors que les effectifs augmentent) et que les 450 "emplois supplémentaires" pour les lycées de l’éducation prioritaire seront pris sur les dotations globales allouées aux académies...

Et dans le même temps se prépare l’extension de la "refondation" (réforme du collège) aux lycées.

à relire l’article :

De la "réforme du collège" à celle du lycée : une même logique inscrite dans la loi Peillon