Soutien à la grève des facteurs

lundi 29 avril 2013
par  HB
popularité : 61%

Ce lundi 29 avril 2013, les facteurs de Lyon 8ème entament leur 5ème semaine de grève. Selon un responsable syndical, c’est actuellement 600 000 plis qui se sont accumulés et ne sont pas distribués. La direction de la Poste cherche à opposer les salariés de la Poste aux usagers. Or, c’est la même politique de rentabilisation et de privatisation de la Poste qui supprime des emplois, augmente la charge de travail des salariés et met en cause l’égalité devant le service public pour les usagers (diversification des prix, "services rentables" privilégiés transformant l’usager en client).
Ci-dessous le communiqué de soutien d’Émancipation à la grève des facteurs.

Soutien à la mobilisation des facteurs

Depuis le 2 avril, les facteurs de Lyon 8è sont en grève à l’appel de leurs syndicats CGT et Sud. Ils s’opposent à la réorganisation de la distribution du courrier qui doit intervenir à partir du mois de juin dans le 8è arrondissement.La direction a annoncé la suppression de deux emplois dans le bureau de Poste du sud-lyonnais, ce qui entrainera une hausse de la charge de travail puisque les facteurs restants devront assurer les tournées laissées vacantes : ils vont se retrouver à distribuer chacun entre 100 et 150 boites en plus, dans le même temps imparti. Les grévistes demandent “une réelle prise en compte de leur charge de travail” avec “des embauches en CDI”.

Pour briser la grève, la direction de la Poste a mis en place un “centre d’entraide” à Corbas, lequel fonctionne avec du personnel intérimaire afin de distribuer du courrier. Un responsable syndical précise que cette distribution partielle du courrier privilégie ““les grosses entreprises et les quartiers où il y a de l’argent, comme Monplaisir, alors que des quartiers comme Mermoz ou le Boulevard des Etats sont totalement dépourvus". Selon la CGT, après trois semaines de grève, près de 400 000 plis étaient en souffrance.

À la Croix-Rousse, les facteurs étaient en grève le 16 avril (selon la CGT, “entre 80 et 90 % des postiers du 4è n’ont pas travaillé”). La direction a vendu l’immeuble dans lequel les postiers travaillent depuis 1975 et veut les regrouper à la Poste centrale (place Antonin Poncet). Pour les facteurs, les tournées seront plus longues (4 ou 5 kilomètres de plus par jour, sans avoir de moyens supplémentaires). Pour les usagers, les levées de courrier seront plus tôt l’après midi et les distributions plus tardives.

Attachés à la défense du service public, Émancipation , tendance intersyndicale de l’Enseignement public apporte son soutien plein et entier à la mobilisation des facteurs.

Communiqué d’Émancipation Rhône, le 20 avril 2013


Défense du service public et défense du statut

Cette marche à la privatisation de la Poste s’accompagne de la mise en cause du statut de fonctionnaire des postiers, de suppressions d’emplois, de salaires toujours plus bas, d’une dégradation considérable des conditions de travail.

À la Poste, depuis 2002, c’est près de 90000 emplois qui ont été supprimés avec des réorganisations et des restructurations permanentes. Le nombre de contractuels n’a cessé d’augmenter tandis que celui des fonctionnaires décline (sur 250000 agents, 54% sont fonctionnaires et 46 % des salariés de droit privé). Depuis le 1er mars 2010 la Poste est une société anonyme à capitaux publics. Tous les services de La Poste sont depuis 2011 soumis à la concurrence. On brade aussi les locaux : l’objectif étant de vendre 1 milliard d’euros de patrimoine d’ici 2015.

Ce qui se passe à la Poste préfigure l’avenir de la fonction publique et des services publics programmé par les contre-réformes en cours. Plus que jamais, la défense du service public et la défense du statut de fonctionnaire du personnel sont un seul et même combat.

NB. Au congrès de la FSU (69), la tendance Émancipation a défendu la position suivante : pour le rétablissement du statut d’administration de la Poste et du statut de fonctionnaire pour tous les personnels (position adoptée par le congrès départemental).


Documents joints

PDF - 76.3 ko
PDF - 76.3 ko