Mobilisation en défense des langues vivantes

vendredi 5 avril 2013
popularité : 37%

Une attaque en règle est engagée par Fioraso contre l’enseignement des langues vivantes, contre la diversité des langues enseignées, qui se réduira à l’“anglais”, et cela sous la forme d’un globish strictement utilitaire. L’attaque commence par la bande, à travers la réforme de divers concours d’écoles scientifiques, dont le concours agro-veto, principal concours préparé par les classes prépa BCPST (voir informations ci-après).

C’est toujours la même méthode : on attaque d’abord en un secteur particulier, puis on généralise l’offensive. Très vite, toutes les prépas seront concernées, ainsi que l’ensemble de l’université. Inévitablement, cela se répercutera en collèges et lycées. Peillon complètera cette offensive pour ce qui concerne ces niveaux d’enseignement ainsi que pour le primaire.

Pour ceux qui douteraient du caractère de cette offensive, voici ce que déclare Fioraso,qui veut que les universités françaises donnent leurs cours en anglaispour attirer des étudiants étrangers : « Si nous n’autorisons pas les cours en anglais (…) nous nous retrouvons à cinq à discuter de Proust autour d’une table, même si j’aime Proust… » ( Libération du 20 mars). Cette déclaration est dans la droite ligne des déclarations de Sarkozy contre la place accordée à la Princesse de Clèves dans les concours. Quant à l’amour de Fioraso pour Marcel Proust, il suffit de rappeler une autre de ses déclarations : “Pour attirer des jeunes indiens, nous devons proposer des formations en anglais. Pour que les Coréens aillent à Proust, il faut passer par l’anglais”. ( Le Figaro du 20 mars). Le Proust dont rêve Fioraso, c’est celui du Reader’s digest.

Tout cela est cohérent : le projet de loi Fioraso sur l’université, qui prolonge la LRU de Pécresse et Sarkozy, vise à mettre l’université, totalement, au service des entreprises. Ce projet de loi doit donc être combattu. Et, sans attendre parce qu’il y a urgence, il est nécessaire de mobiliser contre la liquidation des langues vivantes dans l’enseignement. Elle est aux avant-postes de l’attaque globale contre tous les enseignements disciplinaires prévue dans les lois Fioraso et Peillon.

Deux pétitions circulent : l’une ( 1. Pétition langues BCPST ) initiée par l’Union des Professeurs de Langues en classes prépa Scientifiques (UPLS) qui sont les premiers concernés.

L’autre ( 2. Pétition plurilingue ) est initiée par l’association de développement de l’enseignement de l’allemand en France (ADEAF) : cette pétition, plus générale, ne concerne pas que les enseignants d’allemands, et s’adresse à tous les enseignants, toutes disciplines confondues et tous niveaux d’enseignements confondus.

Ces deux textes sont complémentaires. Nous pensons que ces deux textes doivent être signés. Et être diffusés largement.

© © © © © © © © © © © ©© © © © © © © © © © © ©

Informations concernant la filière BCPST et la pétition 1

En prépa scientifiques, la filière bio-géol (filière BCPST) prépare principalement à un seul concours commun, qui ouvre l’entrée en écoles d’ingénieurs agro ou veto

Or ce concours supprime la LV2 (qui était évaluée à l’oral) et, en outre, supprime toutes les LV1… sauf l’anglais. La place de cette dernière langue est d’ailleurs elle-même réduite puisque son évaluation ne sera plus prise en compte pour l’admissibilité mais seulement pour l’admission (2 h à l’écrit, et 30 minutes à l’oral).

Pour les enseignants de LV en classes prépa, le résultat est catastrophique : ils perdent purement et simplement leur service s’ils ne font pas de l’anglais, ou se retrouveront avec des effectifs de pleine classe (48) s’ils sont anglicistes. Pour les élèves, c’est une mise à mort du droit à choisir ses langues vivantes.

Une pétition a été lancée mais les délais sont courts. (1. Pétition langues BCPST).
Cette pétition est diffusée par l’UPLS
(Union des Professeurs de Langues en classes prépa scientifiques) :

"Pétition nationale pour le maintien des langues vivantes autres que l’anglais dans les filières BCPST et les concours Agro-Véto à partir de 2015.

Cette pétition est à faire circuler auprès de collègues, de parents et d’étudiants et doit être retournée à l’une des adresses mentionnées pour le 13 avril 2013.

Nous comptons sur votre mobilisation pour pouvoir sauver ces langues vivantes en LV1 et LV2.

Le comité de l’UPLS"

Remarque complémentaire :

Les délais sont très courts (13 avril), car tout a été fait pour ne pas ébruiter cette décision.

En outre, ce que les autres filières de prépa ne savent pas, c’est qu’il est considéré en haut lieu que la réforme de la filière BCPST (liée à celle du concours agro veto) est considérée comme “exemplaire”, un “modèle” pour toutes les autres filières en termes d’économies à réaliser, et en ce qui concerne l’évaluation par compétences, toutes disciplines confondues.


Documents joints

Pétition 1 - langues BCPST
Pétition 1 - langues BCPST
Pétition 2 - plurilingue
Pétition 2 - plurilingue

Navigation

Articles de la rubrique

  • Mobilisation en défense des langues vivantes