Défense de la liberté de circulation et de manifestation

vendredi 7 décembre 2012
par  HB
popularité : 28%

Émancipation Rhône fait connaître le communiqué Collectif du 21 octobre

Lundi 3 décembre 2012, à l’occasion du sommet Hollande - Monti qui se tenait à la Préfecture du Rhône, non seulement un impressionnant dispositif policier a été déployé dans la ville, mais les manifestants qui avaient prévu de se rassembler aux Brotteaux ont été bloqués sur la place.

COLLECTIF DU 21 OCTOBRE

www.collectif21octobre.fr/

collectif21octobre@gmail.com

COMMUNIQUE aux médias

Lundi 3 décembre 2012, devant la gare des Brotteaux, se rassemblaient des organisations et le collectif contre le projet de la ligne de train à grande vitesse reliant Lyon-Turin.

Venus de France et d’Italie, tous venaient dire leur refus à l’occasion du Sommet Hollande - Monti qui se déroulait à Lyon.

Ce rassemblement autorisé a été encerclé par des forces de police démesurées, puis enfermé pendant plus de cinq heures, harcelé, agressé et gazé par des bataillons de CRS, survolé par un hélicoptère, sans interruption, du matin à 20h30. Des manifestants ont été interceptés à différents endroits de la ville, sans pouvoir rejoindre le rassemblement.

Alors qu’une action en justice est actuellement en cours d’instruction pour dénoncer les abus liberticides de la journée du 21 octobre 2010, les forces de police sous les ordres du Préfet et du ministre de l’Intérieur M.Valls, ont renouvelé ce même dispositif, que nous connaissons sous le nom de « Kettling ».

Empêcher de manifester est-il devenu un nouvel objectif politique ? Est-ce une adaptation aux pays qui se réclament de la démocratie des pratiques importées de régimes autoritaires ou dictatoriaux ? L’action policière du 3 décembre est-elle un entraînement grandeur nature ? Est-ce une stratégie de la psychose ? Le pouvoir veut-il tester la faisabilité technique, médiatique et devant l’opinion de telles opérations ?

Contrairement aux déclarations du commissaire de police au Progrès, il apparaît que rien dans le comportement des manifestants ni dans les objectifs des organisateurs ne justifiait un tel déploiement de policiers, de gendarmes et de policiers en civil et à fortiori des mesures aussi extrêmes, barrières anti-émeutes, canons à eau etc.

Si M. le commissaire croyait en ses propres allégations, il aurait dû en tirer les conséquences et ne pas laisser la prestigieuse salle des ventes des Brotteaux sans protection. Les précieuses antiquités qui y sont stockées n’étaient pas moins en danger que les rues environnantes face aux « dangereux manifestants » qu’il a décrits. Or il y a eu pendant tout l’après-midi plusieurs centaines de manifestants qui se tenaient à l’abri de la pluie sous l’auvent de la salle des ventes ! Ils demandent un droit de réponse aux médias qui ont transformé dans la presse cette manifestation en contre sommet violent, ce qui n’a pas été et n’ont donné la parole qu’au commissaire.

Le Collectif du 21 octobre, les organisations politiques, syndicats, associations, individu(E)s qui le composent, présents ou non ce jour là dénoncent le déploiement impressionnant de police, cette répression, et s’opposent à cette banalisation de méthodes policières liberticides et illégales.

Le Collectif soutient les manifestants arrêtés pendant ce rassemblement transformé en souricière, et encourage ceux qui le souhaitent et en particulier ceux qui ont été victimes de violence à porter plainte contre les services de l’État pour « entrave aux libertés de circulation et de manifestation » et à témoigner par écrit de ce qu’ils ont vu et subi.

Le collectif salue le travail important de suivi et de soutien aux manifestants effectué par la Caisse de solidarité, il souligne le calme, la solidarité et l’intelligence des manifestants face à cette répression infondée et illégale ; il remercie la brasserie située sur la place qui a accueilli sans condition les manifestants par ce grand froid pendant toute la durée de cet enfermement.

Réuni ce 5 décembre 2012, Le Collectif appelle l’ensemble des organisations démocratiques à exprimer ensemble leur opposition à ces atteintes aux libertés fondamentales.

Le Collectif 21 octobre (5 décembre 2012)

contact : collectif21octobre@gmail.com


Le Collectif du 21 octobre (dont Émancipation Rhône est membre) s’est mis en place suite à la répression de masse le 21 octobre 2010, place Bellecour, lors de la mobilisation contre la loi sur les retraites.

Voir le site du Collectif du 21 octobre :

[http://www.collectif21octobre.fr/index.php]