Appel à voter Émancipation aux élections internes au SNES : POUR UNE POLITIQUE SYNDICALE CLAIRE FACE À MACRON

lundi 14 mai 2018
popularité : 61%

Les élections internes au SNES ont lieu du lundi 14 mai au mercredi 6 juin 2018.
Il s’agit de décider de l’orientation académique et nationale du SNES et de permettre l’élection de représentants à la CA académique, à la CA Nationale, au bureau du S2 selon les résultats de chaque courants de pensée (la répartition des sièges se fait à la proportionnelle à la plus forte moyenne des résultats obtenus par chaque liste).


=> Ci-dessous, l’appel à VOTER Émancipation aux élections à la CA académique du SNES de Lyon


POUR UNE POLITIQUE SYNDICALE CLAIRE FACE À MACRON

Retrait de la réforme du bac et du lycée, rupture des concertations !

Afin de combattre l’offensive générale contre la Fonction publique, le statut, les salaires, les conditions de travail, les retraites, la sécurité sociale… le syndicat doit définir clairement les revendications.

1. La réforme du bac est articulée à la loi Vidal*  : fin du caractère national du bac et des enseignements (4 épreuves terminales, contrôle continu et autonomie renforcée) ; sélection des bacheliers sur des "attendus" selon les capacités d’accueil et individualisation de la licence (définie par ECTS, selon le parcours différencié de chaque étudiant), développement de l’apprentissage…

Cela induit un lycée à la carte, modulaire avec "des parcours individualisés", des disciplines marginalisées (avec d’importantes économies d’heures et de postes), et une autonomie décuplée.

Une première exigence : le retrait des décrets sur le bac et le lycée, l’abrogation de la loi Vidal.

Au-delà, le syndicat doit clairement se prononcer et combattre pour l’abrogation des mesures qui, depuis les années 2000 (lois Fillon et Peillon, réforme du collège…), visent à formater les jeunes (via les parcours individualisés et les compétences) aux besoins du patronat et à soumettre les personnels à ces exigences.

2. “Plan action publique 2022” contre les fonctionnaires. Le protocole PPCR (parcours professionnels, carrières et rémunérations) validé par la direction syndicale s’inscrit dans le cadre de l’individualisation et du blocage des salaires. Et la réforme de l’évaluation des enseignants se fonde non sur l’enseignement mais sur une grille de compétences. Cela favorise les pouvoirs des chefs d’établissements et constitue un point d’appui pour les "réformes" Blanquer-Vidal, lesquelles sont liées à l’attaque frontale annoncée pour "assouplir" (démanteler) le statut des fonctionnaires : "reconversions" ou mobilités liées aux transferts de missions "au secteur privé, voire des abandons de missions", extension du recours contrat en lieu et place du recrutement sous statut, salaire au mérité… et attaques contre les commissions paritaires.

De tels projets ne sont en rien négociables ; ils doivent être retirés.

3. La précarité contre le statut : le syndicat doit clairement combattre contre le recours aux jeunes en service civique (travail gratuit), contre l’extension du recours aux contractuels et pour la titularisation de ces personnels, pour le maintien des AED et le rétablissement du statut protecteur des étudiants surveillants, pour le maintien et le déblocage du point d’indice, le rattrapage du pouvoir d’achat perdu...

4. La sécurité sociale et les retraites menacées : contre la marche à la fiscalisation de la sécurité sociale, il faut exiger notamment l’abrogation de la CSG. Pour la défense du code des pensions : aucune concertation sur les plans du gouvernement qui programment la casse des retraites.

Cela implique de sortir du piège tendu aux syndicats par Macron et Blanquer qui proposent en permanence des concertations sur tous les projets gouvernementaux et sur leur mise en œuvre afin d’obtenir leur caution et de désarmer ainsi les résistances à cette politique.

5. Émancipation se prononce contre tout financement de l’enseignement privé par l’État. Parce que la défense des acquis des salariés est inséparable de la défense des libertés démocratiques, Émancipation combat en particulier pour le retrait du projet de loi sur l’asile et l’immigration et pour que soit confortée l’action syndicale en lien avec RESF (Réseau éducation sans frontières).

Par leur participation à la vie syndicale du SNES et de la FSU et leurs propositions les militants Émancipation contribuent à construire les mobilisations en défense des personnels, de la jeunesse, des jeunes sans papiers, des libertés démocratiques...

Pour que cette orientation puisse être discutée et défendue dans les instances académiques, nous vous appelons à VOTER et à faire voter ÉMANCIPATION

Jorge Casas, Hélène Bertrand, Claire Kizilian, Serge Goudard…
* lire les analyses : http://69.emancipation.fr/
03/04/2018


Depuis que cet appel a été écris, de nouvelles séries de "concertations" ont commencé (dans la Fonction publique, sur les retraites), d’autres sont annoncées (propos de Blanquer concernant les enseignants)...

À travers ces "concertations", il s’agit, comme pour la casse du bac et la réforme du lycée de gagner du temps en associant les directions syndicales à de multiples "groupes de travail" et autres lieux de "dialogue", pour désarmer les résistances et au final publier les textes (lois, décrets, arrêtés) décidés par le gouvernement (sachant que la liquidation du statut est une pièce maitresse du programme de Macron).

Lire le tract Émancipation qui donne les axes essentiels des projets du gouvernement :

Dans la fonction publique, comme dans l’enseignement, DÉFENDRE LE STATUT - Assez de concertation avec le gouvernement !


Élections internes au SNES ont lieu du lundi 14 mai au mercredi 6 juin 2018 : comment voter ?

A/ Dans l’établissement :

Veiller à ce que le vote soit mis en place dans les délais et selon les modalités annoncées (cf le supplément n° 2 au Bulletin académique envoyé à tous les syndiqués) et la circulaire envoyée aux S1 (voir les liens ci-dessous)*

1- Rappel sur l’organisation du vote :

a/ Le S1 doit veiller à mettre à disposition de TOUS les syndiqués :

-  un bulletin de vote (à photocopier)
-  une enveloppe bleue et une enveloppe blanche
-  La liste des syndiqués (envoyée par le S3) : tout collègue syndiqué à l’ouverture du scrutin peut voter (si un collègue a payé sa cotisation dans un autre établissement, l’ajouter sur la liste)

b/ Le bulletin de vote renseigné est à placer dans une 1ère enveloppe vierge (bleue) ; cette 1ère enveloppe doit être placée dans une 2e enveloppe (blanche) à cacheter + inscrire sur cette 2e enveloppe le nom, le prénom, la catégorie (agrégé, certifié, AED…), l’établissement, sans oublier de signer.

c/ Placer cette 2e enveloppe dans l’urne

d/ Signer la feuille d’émargement (liste des syndiqués) : signature en face du nom du syndiqué.

e/ Le dépouillement du vote ne peut être fait avant que tous les syndiqués aient voté ou après la fermeture du scrutin (le 6 juin).

Dans le S1, comme au niveau académique ou national la commission de dépouillement (et l’organisation du vote) se fait en collaboration avec les collègues de l’établissement représentant chacune des listes.

Il est possible d’utiliser le bulletin de vote qui figure sur le bulletin SNES que chaque syndiqué a reçu : dans ce cas, prendre soin d’enlever/de masquer l’étiquette qui figure sur la page 1 (laquelle comporte le nom et l’adresse du syndiqué) afin de rendre le vote anonyme.

2/ Ne pas oublier de voter et de faire voter pour la liste Émancipation afin que nous puissions défendre notre orientation à la CA académique.

3/ Veiller à ce que les résultats du vote parviennent au S3 avant le 14 juin (la commission académique de dépouillement aura lieu le 15 juin)

-  la circulaire envoyée aux S1 : http://www.lyon.snes.edu/spip/spip.php?article3521

B/ Par correspondance :

Voir le bulletin académique avec les appels à voter (et l’ensemble des circulaires) ICI http://www.lyon.snes.edu/spip/spip.php?article3517