80 Mineurs isolés étrangers à la rue, OQTF pour les jeunes majeurs : POUR LA PROTECTION, la SCOLARISATION, la RÉGULARISATION DE TOUS et TOUTES

dimanche 17 septembre 2017
popularité : 13%

Fuyant la guerre, les violences subies dans leurs pays, puis celles des parcours migratoires, des centaines d’enfants, de jeunes étrangers arrivés en France sont laissés à l’abandon, exclus de la protection, et de la scolarisation qui leur sont dues.

À Lyon, à cette rentrée, ce sont 80 jeunes, mineurs, qui dorment dehors, privés d’école.

Nombre de jeunes étrangers font leur rentrée la peur au ventre, car le préfet traque aussi ceux qui, à 18 ans, font leur demande de titre de séjour : des lycéens et jeunes en formation ont reçu de la préfecture une obligation de quitter le territoire (OQTF) ; d’autres, en attente d’une décision, craignent de voir leur situation basculer du jour au lendemain, de se retrouver aussi à la rue et pourchassés.

Macron durcit encore la politique de chasse aux exilés.

Les départements (la Métropole à Lyon) se partagent avec la police, les parquets et les tribunaux le soin de faire le "tri" entre les jeunes qui seront reconnus mineurs et les autres, déclarés majeurs après un entretien suspicieux, un document jugé douteux ou les conclusions aléatoires d’une expertise osseuse. Pour les "heureux" élus, trop souvent ne s’ensuit qu’un service minimum d’encadrement sans que les bilans obligatoires ne soient réalisés sur leur situation, leurs besoins en santé, en éducation.

Cette politique conduit à de véritables maltraitances : "parcage" des mineurs isolés dans les hôtels ou hébergements inadaptés à l’accueil d’enfants et de jeunes, non-scolarisation. Quant aux exclus de la prise en charge, ils sont condamnés à l’errance, harcelés et contraints de décamper de leurs abris de fortune lorsqu’ils ne sont pas victimes de violences policières.

ASSEZ DE VIOLENCES INSTITUTIONNELLES

ASSEZ de POLITIQUE XÉNOPHOBE

ASSEZ de TEXTES qui CRÉENT les "SANS-PAPIERS"



Nous exigeons, en particulier :

- La prise en charge de tous les jeunes isolés étrangers par la Métropole (ou le département)

- L’arrêt des poursuites judiciaires pour des questions d’âge et d’identité

- La régularisation administrative des jeunes majeurs avec un titre pérenne

- Le respect du droit à la scolarisation et à la formation pour tous et toutes dans des structures leur permettant de réussir

- L’arrêt des expulsions, la fermeture des centres de rétention administrative (CRA)

La politique "d’économies" drastiques (diminution de 20 milliards budget de l’État en 2018, suppression massive de personnel…) touche particulièrement les jeunes étrangers. Ainsi, des jeunes sont-ils laissés à la rue, alors qu’on observe des places non occupées dans des foyers… L’État va-t-il se décharger des services sociaux au profit d’entreprises ou associations ?

Au-delà des jeunes étrangers, c’est toute la jeunesse, les couches populaires qui sont particulièrement menacées. Si le soutien à apporter à ces jeunes afin d’assurer leur défense individuelle est plus que jamais indispensable, il ne peut véritablement aboutir sans un combat d’ensemble contre les lois et textes qui limitent la liberté de circulation et d’installation, qui créent les "sans papiers" et contre l’ensemble de cette politique qui s’inscrit contre les acquis sociaux et les droits fondamentaux.

Lyon, 11/09/2017
Collectif Jeunes RESF 69


MANIFESTATION, mercredi 11 octobre, 18h

Le parcours sera précisé ultérieurement



Documents joints

PDF - 80.6 ko
PDF - 80.6 ko