En défense du baccalauréat

vendredi 23 juin 2017
popularité : 64%


Intervention et motion défendue par les élus Émancipation à la CA académique du SNES du 19 juin 2017 [Compte-rendu de la CA académique du SNES de Lyon du 19 juin 2017]

Le ministre Blanquer indique vouloir ouvrir "très tôt" le dossier de la réforme du bac.

De son côté, F.Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, prépare "l’expérimentation" de "prérequis" définis par chaque université. Cela confirme la volonté du gouvernement d’aller encore plus loin dans le processus d’autonomie, organisant la sélection à l’entrée de l’université.

Ces projets s’inscrivent dans le cadre du programme Macron qui prévoit de réduire le Bac à quatre épreuves, lesquelles ne seraient pas forcément les même pour tous, le reste relevant du contrôle continu.

L’objectif serait de "rendre possibles de nouvelles formes d’organisation du temps scolaire et de nouveaux parcours" en se situant dans cadre de la mise en œuvre du "Bac-3/Bac +3", inscrit dans la loi d’orientation de 2013. Cette réforme ouvrirait la voie à une réorganisation du lycée dans la continuité de la réforme du collège et avec une autonomie renforcée, afin d’avancer vers le lycée modulaire et des parcours intégrés lycée-licence. Cela conduirait à accroitre les inégalités et à remettre en cause les statuts des personnels.

Pour parer aux mobilisations contre son projet, le gouvernement annonce qu’il multipliera les "concertations".

La CA académique du SNES de Lyon estime que la réforme annoncée par Macron-Blanquer aboutirait à la liquidation du Bac comme premier grade universitaire (ce nouveau "Bac" ne garantirait plus l’accès à l’université et à la filière de son choix), c’est pourquoi elle s’oppose au projet annoncé.

La CA considère qu’il est de la responsabilité du SNES et de la FSU d’annoncer clairement l’opposition du syndicat au projet de réforme du bac, de prévenir qu’il ne saurait constituer une base de discussion, qu’il doit être retiré, et d’annoncer que toute velléité de le mettre en place sera combattue.

La CA estime qu’il faut lancer une vaste campagne d’information sur les projets ministériels, et que l’unité peut et doit se réaliser avec les autres syndicats et organisations de jeunesse sur les revendications suivantes :

- défense du baccalauréat comme premier grade universitaire. Contre toute sélection, défense du Bac comme examen national, terminal et anonyme.

- maintien de toutes les épreuves terminales, sur la base de programmes et horaires nationaux.


Brèves

16 janvier - Éducation prioritaire et "loi de refondation"

Alors que des lycées classés en "éducation prioritaire" (EP) se mobilisent contre la suppression (...)

28 novembre 2016 - Motion Cdfn-FSU : Retrait du projet ministériel sur l’évaluation des personnels enseignants

La version finale du projet de décret de réforme de l’évaluation des personnels enseignants sera (...)