Contre l’expulsion de Djelil, RASSEMBLEMENT vendredi 16/06 à 17h30, devant le préfecture, rue Dunoir 3e

mercredi 14 juin 2017
par  HB
popularité : 25%

Ne laissons pas le préfet expulser un gosse venu seul de Côte d’Ivoire au péril de sa vie !

Rassemblement devant la Préfecture, rue Dunoir, Vendredi 16 juin à 17h30

Après le rejet des recours de Djelil, par la Cour d’appel et le Tribunal administratif, la menace de l’exécution de son expulsion voulue par le préfet se fait de plus en plus pressante.

Depuis vendredi, tous les juges se sont renvoyés la balle pour éviter de statuer sur la minorité de Djelil (15 ans et 8 mois), laissant finalement le soin d’en décider à une unique juge du Tribunal administratif. Ils ont tous exigé que ce gamin fasse lui-même la preuve de sa minorité, une exigence absurde alors qu’il est enfermé et bien incapable de faire les démarches nécessaires qui devraient prendre du temps auprès de l’Ambassade de son pays.

Le Préfet, lui, n’a pas daigné s’adresser aux autorités de Côte d’Ivoire ou du Burkina pour vérifier l’authenticité de l’acte de naissance et des déclarations de Djelil sur son identité. Il s’est contenté de l’avis de son bureau de la fraude documentaire considérant que l’acte était faux, et des résultats improbables de tests osseux dont tout le monde sait qu’ils disent n’importe quoi. Cette fois-ci, ils ont donné une marge pouvant aller de 17 ans minimum au poignet et aux dents à 29 ans, et ils ont retenu un âge moyen entre 26 et 29 ans. Lors de son évaluation, la MEOMIE habituellement très soupçonneuse n’avait de son côté même pas mis la minorité de Djelil en doute, mais elle avait jugé bon de faire vérifier l’acte de naissance par la fraude documentaire…

À partir du doute sur son acte de naissance, la majorité du gosse est devenue une certitude pour le parquet et le préfet alors qu’elle ne peut raisonnablement découler ni d’un présumé faux acte de naissance, ni de tests osseux aux résultats aussi vagues.

À ce régime, de très nombreux autres mineurs isolés dont l’état civil n’est pas encore consolidé peuvent se voir délivrer une OQTF sans délai avec interdictions de retour, avant de se retrouver au CRA et dans des avions les refoulant ! Le préfet expérimente avec Djelil une méthode de rejet des mineurs isolés étrangers encore plus brutale, arbitraire, et expéditive que tout ce qu’on a connu jusque là.

Ne laissons pas faire !

Toutes et tous devant la Préfecture ce vendredi 16/06 à 17h30 !

Collectif RESF Jeunes 69, 12/06/2017

Soutenu par  : RESF 69, FSU-Rhône, SNES, SNEP-Rhône, CGT Éduc’Action, Sud-éduc Rhône, Solidaires-Rhône, Émancipation Lyon-69, Attac-Rhône, UJFP, Ensemble !, Lutte ouvrière, NPA, LDH Villeurbanne-Est-Lyonnais, Parti de gauche,

L’appel sur le site de RESF
http://www.educationsansfrontieres.org/spip.php?article55050

Le tract en PDF :

PDF - 83.7 ko
Contre l’expulsion de Djelil, RASSEMBLEMENT ve 16/06 17h30