Le pays qui n’existait pas (1ère partie)

vendredi 30 décembre 2016
popularité : 45%

1ère partie : Le mouvement ouvrier et la question nationale au XIXe siècle

Dès sa naissance, le mouvement ouvrier – partis et syndicats – se trouve confronté au développement des nations, en Europe particulièrement. Le “printemps des peuples” surgit au cœur même du XIXe siècle. Pour le mouvement ouvrier, l’articulation entre le combat propre de la classe ouvrière et le combat des peuples pour leurs droits démocratiques ne fut jamais simple, du fait que les aspirations nationales étaient portées souvent par des forces bourgeoises, parfois ouvertement réactionnaires.
Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes (donc à choisir le cadre et la forme de leur existence) d’un côté et, de l’autre, combat légitime et nécessaire contre le nationalisme et le chauvinisme : le débat, incessant, sera souvent sévère.

Le rôle de la bourgeoisie

Le développement du capitalisme avec celui de la bourgeoisie, constitue le socle sur lequel se développent les aspirations nationales, puis se constitue le prolétariat avec ses organisations. Parfois les deux processus sont simultanés.

==> La suite sur le site national :

http://www.emancipation.fr/spip.php?article1471

Serge Goudard, 23 novembre 2016

(article paru dans la n°4 de la revue L’émancipation syndicale et pédagogique, décembre 2016)