Lycée : les revendications des collègues vont à l’encontre le la "refondation" Peillon

samedi 4 février 2017
popularité : 12%

Ci-dessous, la position défendue par les militants Émancipation lors de la CA académique du SNES de Lyon (18 janvier 2017).

La loi de "refondation" commence à s’appliquer au lycée : déjà les effectifs par classe ont augmenté (comme au lycée Jacques Brel) et, dans nombre de lycées, des postes d’AED ont été supprimés...

Depuis des semaines, les personnels des lycées classés ZEP sont mobilisés contre la baisse programmée des moyens dans leurs établissements.

L’appel signé par 99 établissements conteste la réforme de l’éducation prioritaire dans les écoles, collèges : effectifs en hausse (disparition de la notion de seuil), pressions hiérarchiques, mesures contre le statut (lesquelles menacent tous les établissements) : "Les collèges et les écoles sont nombreux à découvrir des moyens en forte baisse par rapport à la rentrée 2015 alors même qu’ils ont conservé le label REP : "REP+ = Rien En Plus !"."

Le gouvernement adresse en réalité une fin de non recevoir aux principales revendications : les 450 postes annoncés pour la rentrée seront des mesures de redéploiement, alors que 41 650 élèves supplémentaires devront être accueillis dans le secondaire. La ministre évoque la nécessité d’un référentiel de l’éducation prioritaire pour les lycées et indique qu’il s’agit avant tout d’une "réforme pédagogique". Et dans le même temps la nouvelle réforme du lycée et du bac qui se prépare s’inscrit dans le cadre de la loi de 2013.

>> Motion - Lycées ZEP : maintien des moyens, aucune fermeture de poste, aucune perte horaire !

Les grèves des 3 et 10 janvier à l’initiative du collectif "Touche pas à ma ZEP" et soutenues par les organisations syndicales ont été massivement suivies dans les lycées de l’éducation prioritaire, (notamment région parisienne, Bouches du Rhône, en LP à Lyon : Marc Seguin, E. Béjuit…).

Cette mobilisation s’appuie sur une revendication du collectif Touche Pas à Ma ZEP, reprise par les établissements : "Nous exigeons la mise en place d’un statut et d’une carte élargie de l’éducation prioritaire pour les lycées avec la garantie d’effectifs limités, de moyens supplémentaires et de compensations spécifiques pour l’ensemble des personnels, assurant ainsi la stabilité des équipes."

La CA du SNES de Lyon soutient totalement la mobilisation des professeurs des lycées ZEP. Elle exige du gouvernement la satisfaction des revendications des personnels : maintien pérenne des moyens, aucune fermeture de poste, aucune perte horaire !

La CA du SNES de Lyon relève la grande cohérence des attaques subies par les personnels, à tous les niveaux de l’enseignement, en éducation prioritaire ou pas. Elle estime que le Tous ensemble de tous les enseignants et de leurs syndicats devient indispensable pour stopper la "refondation" de l’école et son cycle infernal d’attaques. Elle réitère sa revendication d’abrogation de la réforme du collège, annonce qu’elle combattra la réforme annoncée du lycée et lance dès maintenant une vaste campagne d’information pour mobiliser tous les personnels contre la politique scolaire du ministère.


Navigation

Articles de la rubrique

  • Lycée : les revendications des collègues vont à l’encontre le la "refondation" Peillon

Brèves

16 janvier - Éducation prioritaire et "loi de refondation"

Alors que des lycées classés en "éducation prioritaire" (EP) se mobilisent contre la suppression (...)

28 novembre 2016 - Motion Cdfn-FSU : Retrait du projet ministériel sur l’évaluation des personnels enseignants

La version finale du projet de décret de réforme de l’évaluation des personnels enseignants sera (...)