Quelles revendications et quelle "action syndicale" ?

mardi 31 janvier 2017
popularité : 28%

La CA du SNES de Lyon qui s’est tenue le 18 janvier 2017 avait deux points à l’ordre du jour :

- Débat autour du thème "Droit au lycée pour tous et pour toutes".

- Action

Ci-dessous le points abordés par les militants Émancipation

Jour après jour, différents aspects de la mise en œuvre de la loi de "refondation" s’imposent aux collègues et à la jeunesse : autonomie des établissements, individualisation des parcours, dislocation du cadre national de l’Enseignement public, des diplômes et des qualifications… La mise en cause du droit aux études se conjugue aux attaques contre les statuts des personnels, les acquis collectifs, au profit de l’individualisation des droits.

L’administration prépare aujourd’hui la rentrée 2017. Les structures prévisionnelles (nombre d’élèves, de classes prévues par niveau pour la rentrée 2017) et les DHG ont été adressées aux chefs d’établissement. 281 postes sont créés dans l’académie. Ces moyens sont déjà insuffisants pour faire face à une nouvelle et forte hausse des effectifs. Et, ils devraient être “partagés” : ouverture de nouvelles formations en LP, 25 postes pour 18 lycées "défavorisés", nouveaux "redéploiement" entre collèges et lycées… En fait, entre 2007 et 2017, dans l’académie, le second degré a perdu 640 postes…

* * * * * * *

Les lois votées sous l’actuelle mandature balayent nombre d’acquis fondamentaux : lois Macron et El Khomri contre le Code du travail, loi Touraine contre la Sécu et l’hospitalisation publique (avec les fermetures massives de lits, de services, les regroupements d’hôpitaux, les malades sont "soignés" dans les couloirs). Et on annonce la fermeture de structures spécialisées accueillant les jeunes en situation de handicap…

La liste est longue…

L’éditorial du dernier numéro de L’US [1] fait référence à l’initiative CGT, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, FIDL, "C’est quoi ce travail ?" qui propose d’élaborer des revendications pour un Code du travail du XXIe siècle [2]. Non seulement, l’exigence de l’abrogation de la loi El Khomri a disparu, mais les propositions faites s’inscrivent dans la marche à l’individualisation des droits. Or, comment conquérir des droits nouveaux sans défendre bec et ongles les droits conquis ? Sans exiger l’abrogation des “contre-réformes” ?

En collège et en lycée peut-on défendre les revendications sans dire que l’offensive contre l’Enseignement public est programmée par la loi d’orientation de 2013 (qui approfondit la loi Fillon de 2005) ? En continuant à participer aux structures de “dialogue social” où se discute la mise en œuvre de ces mesures ?

Nos propositions ci-après visent à permettre la mobilisation contre cette politique.


>> "Droit au lycée pour tous et pour toutes" : à quels problèmes sommes-nous aujourd’hui confrontés ?

Le texte ci-dessous est issu des interventions des militants Émancipation à la CA du SNES de Lyon (18/01/2017)

Réforme du lycée et loi de "refondation" de l’école : les compétences contre les diplômes

>> Abrogation de la réforme du collège, abrogation du LSUN

>> Lycée : les revendications des collègues vont à l’encontre le la "refondation" Peillon

>>Évaluation des enseignants : retrait pur et simple du projet gouvernemental

>> Maintien des structures spécialisées pour des jeunes en situation de handicap


[1L’Université syndicaliste n°767, 14 janvier 2017