Motion évaluation - collège Malraux

vendredi 14 octobre 2016
popularité : 5%

Motion évaluation

Les enseignants du collège André Malraux ont pris connaissance du projet de réforme de l’évaluation des enseignants. Ils constatent que le gouvernement entend remplacer le système de notation (encadré et contrôlé paritairement) par 4 rendez-vous de carrière impliquant chefs d’établissement et inspecteurs, auxquels s’ajouteraient des entretiens « réguliers ».

Ils considèrent surtout que ce projet constitue une nouvelle attaque contre le statut. Qu’on en juge :

• L’évaluation serait désormais basée sur 11 compétences, issues du référentiel des « compétences professionnelles » de 2013 : une seule a directement trait à l’enseignement disciplinaire, les autres sont reliées aux objectifs de la « refondation » et à la mise en œuvre des « réformes » en cours.

• Un « accompagnement » décidé par les inspecteurs et/ou les chefs d’établissement serait imposé individuellement, collectivement ou à « une équipe inter-degré ». Il pourra être initié « à tout moment de la carrière » suivant le référentiel des « compétences professionnelles  » et en fonction d’objectifs ciblés : « explicitation des orientations nationales et académiques en matière d’éducation », « évolution des pratiques pédagogiques », « modalités d’évaluation des élèves », « identifier les besoins en formation », « répondre à tout autres besoin exprimé localement » ..

• Les pouvoirs des chefs d’établissement seraient renforcés, y compris sur le plan pédagogique. Outre la grille d’évaluation, les enseignants devront se soumettre, à chaque rendez-vous de carrière, à un entretien avec les chefs d’établissement. Au-delà, dans le cadre de l’accompagnement, les chefs d’établissement auront toute latitude pour imposer « un dialogue régulier » avec les enseignants (visites, entretiens) tout au long de la carrière  !

Un début d’individualisation des rémunérations, une hiérarchisation accrue et une mise en concurrence des personnels seraient rendus possibles : Création d’un troisième grade (la « classe exceptionnelle ») réservé à une minorité (10% à l’horizon 2023), le plus souvent lié aux « fonctions » exercées ; des « tuteurs » seraient « repérés conjointement par l’inspecteur et le chef d’établissement » pour participer à « l’accompagnement ».

Il s’agit là de la reprise des principaux axes du projet Châtel sur l’évaluation, massivement rejeté par les enseignants et les organisations syndicales en 2011.

Il traduit la volonté ministérielle de mettre les personnels sous tutelle, de remettre en cause leur liberté pédagogique, afin d’empêcher toute résistance à la mise en oeuvre de la réforme du collège et plus généralement aux mesures de la « refondation », combattues par les professeurs. Il a pour objectif de substituer l’individualisation aux garanties collectives du statut, pour isoler les personnels.

Ce projet consiste à aller vers une évaluation fondée non plus sur un enseignement disciplinaire, mais sur diverses « missions » que le gouvernement entend imposer coûte que coûte. Contre le cadre national, il vise à imposer des règles édictées par les pouvoirs locaux, notamment les chefs d’établissement, face auxquels les personnels devront rendre des comptes et se « vendre » en permanence.

Ce projet n’est ni amendable ni négociable, c’est pourquoi les enseignants du collège André Malraux se prononcent pour le Retrait du projet de réforme de l’évaluation des enseignants.

Ils s’adressent aux directions des organisations syndicales (SNES, SNEP, FSU, FO, CGT, SUD,...) pour leur demander de se prononcer en ce sens et de cesser de participer aux « concertations » sur de telles bases. Et d’ouvrir ainsi la voie à la mobilisation unitaire de tous les enseignants contre ce projet destructeur.


Brèves

16 janvier - Éducation prioritaire et "loi de refondation"

Alors que des lycées classés en "éducation prioritaire" (EP) se mobilisent contre la suppression (...)

28 novembre 2016 - Motion Cdfn-FSU : Retrait du projet ministériel sur l’évaluation des personnels enseignants

La version finale du projet de décret de réforme de l’évaluation des personnels enseignants sera (...)