Pour des structures unitaires de défense de la Laïcité scolaire

vendredi 22 juillet 2016
popularité : 5%

Le Xe congrès national du SNUipp s’est tenu du 6 au 10 juin à Rodez.

Le passage sur la "laïcité" du texte préparatoire à ce congrès du SNUipp comportait bien des ambigüités. Et ce, au moment où se multiplient les initiatives pour redéfinir la laïcité et mettre en cause, ce faisant, la séparation de l’Église et de l’État. En effet, la loi de 1905 parle de "liberté de culte" (liberté collective de pratiquer une religion), l’État (et donc l’école publique) restant indifférent aux religions. Jean-Michel Sahut* et Francis Vanhée (GD Émancipation 76) ont envoyé deux contributions préparatoires au congrès rappelant quelques points fondamentaux.

Pour des structures unitaires de défense de la Laïcité scolaire

Il n’existe pas de structures unitaires de défense de l’Ecole Publique et de la laïcité scolaire.

Depuis la Loi Debré de 1959 qui organise le financement public de l’enseignement privé, le Secrétariat Général de l’Enseignement Catholique -SGEC- est devenu l’interlocuteur de tous les gouvernements successifs. Ainsi Vincent Peillon avait-il convié le SGEC et l’UNAPEL (parents des écoles libres) aux discussions sur la refondation de l’école, ceci au mépris de l’article 2 de la Loi de 1905 : L’Etat ne reconnait ne subventionne ni ne salarie aucun culte. 97% des établissements privés sont sous contrat d’association avec l’État, 95% sont contrôlés par l’enseignement catholique. Environ 130 000 enseignants du privé sont payés par le Ministère de l’Education Nationale : 7,2 milliards € sur un budget 2016 de 65 milliards. A cela s’ajoute la prise en charge des dépenses de fonctionnement et d’équipement par les collectivités locales. Des fonds publics sont aussi accordés aux écoles privées dans le cadre du fonds d’amorçage pour les activités périscolaires.

En 2011 s’est constitué en Seine-Maritime un Observatoire de la Laïcité Scolaire –OLS76- (antérieur et différent de l’Observatoire de la Laïcité gouvernemental) auquel le SNUIPP 76 participe avec le Comité de Réflexion et d’Action Laïque 76, la FSU, le SNUEP, Sud-Education, la FCPE, les DDEN du département ainsi que des élu-e-s. Revendiquant des fonds publics pour la seule école publique, il a initié une pétition pour l’abrogation de la Loi Debré qui a recueilli plus de 2000 signatures essentiellement locales. L’OLS 76 a élaboré et diffusé aux communes un dossier sur le calcul du forfait communal versé aux écoles privées qui permet réglementairement de le réduire fortement (le demander à observaoirelaicite76@laposte.net).

Il faut aussi pointer le renforcement de la tutelle les établissements privés par les évêques (nouveaux statuts de 2012), le rôle du privé dans la lutte contre le mariage pour tous, les ABCD de l’égalité. Mais aussi dans cette période où est convoqué le vivre ensemble, l’entre-soi social est un marqueur de l’enseignement privé qui ruine toute tentative de faire progresser la mixité sociale alors que nombre d’études établissent son importance pour la réussite scolaire.

Pour approfondir ces thèmes, le SNUIPP doit être à l’initiative de structures laïques unitaires locales et nationale.

Francis VANHEE (francis.vanhee@wanadoo.fr 06 86 15 33 59)

  • À lire aussi, l’article de Jean-Michel Sahut et Francis Vanhée paru dans le n°7 (avril 2016) de la revue L’émancipation syndicale et pédagogique

Dans les courants d’air de la “laïcité ouverte”
http://www.emancipation.fr/spip.php?article1317
http://69.emancipation.fr/ecrire/?exec=article&id_article=330