Communiqué du comité de soutien à Marc Mavunga, élève du lycée Édouard Branly (Lyon)

samedi 5 décembre 2015
popularité : 56%

Ce sont 150 à 200 personnes qui se sont rassemblées vendredi 27 novembre devant le lycée Branly en soutien à Marc, élève de 1ère.
Ci-dessous le communiqué des enseignants et élèves protestant contre cette expulsion.

Notre élève et camarade Marc Mavunga a été expulsé dimanche matin, 29 novembre, à l’aube.

Par ce communiqué, le comité de soutien à Marc Mavunga veut exprimer sa colère et son écœurement face à une politique d’expulsion qui méprise les individus.

Marc est un des élèves du lycée Édouard Branly (Lyon 5e) depuis l’an dernier. Il a brillamment suivi une année de seconde professionnelle Systèmes Électroniques et Numériques. Ses résultats comme son assiduité étaient pleinement satisfaisants. Il était bien intégré à sa classe, au lycée et dans sa vie personnelle, dans son club de football le LOSC entre autres.
Mais son parcours scolaire exemplaire a été brutalement rompu par son incarcération, suite d’une très probable dénonciation. Pour sortir par avion de leurs pays, les mineurs doivent généralement se faire passer pour majeurs d’une façon ou d’une autre, c’est facile pour l’État français de refuser les actes de naissance de ces jeunes et de leur coller comme vraie la fausse identité du départ. Suite à son incarcération Marc a immédiatement été mis en détention au Centre de Rétention Administrative.

Le comité de soutien qui s’est formé spontanément et dans l’urgence quand nous avons connu sa situation a cherché à alerter la Préfecture du Rhône sur cette situation qui nous révoltait. Nous avons été près de 150 à nous rassembler devant notre établissement vendredi 27 novembre. Une pétition demandant l’arrêt de cette procédure d’expulsion a reçu la signature de 456 élèves et de 123 personnels, ce qui nous paraissait suffisamment massif à l’échelle de notre établissement pour susciter l’intérêt de Monsieur le Préfet.

Malgré tout cela, Marc a été emmené à Paris dimanche à l’aube, pour prendre un avion dans la matinée pour Kinshasa. Après deux jours sans nouvelles, il a enfin pu nous rassurer un peu. Mais quel peut être son avenir ? Sa préoccupation constante était ses études. Il faisait partie des élèves les plus motivés du lycée. Et cette expulsion vient briser ses rêves. La France, terre d’asile et pays des droits de l’Homme, n’en sort pas grandie.

Nous demandons le retour de Marc Mavunga à ses études au lycée Branly et l’arrêt de toutes les procédures d’expulsion de jeunes scolarisés.

Lyon, le 1er décembre 2015