Libération immédiate de César Dias Baptista, étudiant à l’université de Lyon 1

mercredi 19 août 2015
popularité : 25%

Pendant l’été, alors que les contrôles policiers se multiplient (en particulier dans les gares dont celle de la Part-Dieu), des étrangers (jeunes et moins jeunes) sont enfermés au centre de rétention (CRA de Saint-Exupéry à Lyon).

Les OQTF, les contrôles, les enfermements en centre de rétention et les expulsions, bref cette "chasse aux sans papiers" sont facilités par le contexte : loi sur l’asile définitivement votée au début de l’été, loi sur les droits des étrangers votée en première lecture, (le tout sans aucune véritable campagne pour exiger, au nom de la liberté de circulation et installation, le retrait de ces projets de lois...), campagne et mesures "sécuritaires" contre les migrants à l’échelle de l’Europe...


Communiqué RESF 69

À 22 ans, César Dias Baptista est enfermé derrière le grilles du Centre de rétention de Lyon-Saint-Exupéry, sous la menace d’une expulsion vers un l’Angola où il n’a plus de famille.

Arrivé en France à 16 ans, César a été pris en charge durant deux ans par le conseil général de l’Isère. César a été scolarisé à la Côte-Saint-André, puis au lycée Jacques Brel (Vénissieux) où ses professeurs le décrivent comme un élève sérieux, volontaire travailleur et qui mérite d’être soutenu dans sa scolarité. Après avoir réussi le bac S (section européenne), César est maintenant en licence de Physique-chimie-sciences de l’ingénieur à l’université Lyon 1.

Mais vendredi 8 août, en gare de la Part-Dieu de Lyon, la police s’intéresse à sa peau noire. Il est contrôlé et comme une OQTF de la Préfecture du Rhône vient juste d’être confirmée par le Tribunal administratif, il est rapidement expédié au CRA et menacé d’expulsion vers l’Angola, si on n’arrive pas à l’empêcher.

Le parcours scolaire de César durant ses six ans en France méritoire ; aujourd’hui, il poursuit avec ténacité les études de sciences qu’il a choisies et son insertion d’étudiant à Lyon est réelle.

César n’a plus aucun contact familial, ni projet en Angola et son expulsion serait désastreuse.

Libération immédiate de César Dias Baptista : il doit pouvoir finir sa licence à l’université de Lyon 1.

RESF Lyon, 19 août 2015

Contact sur ce dossier : Célinie Mentouri (07-50-88-47-29)
Hélène Bertrand, RESF-Collectif Jeunes majeurs de Lyon

L’article sur le site RESF

http://www.educationsansfrontieres.org/spip.php?article52816

Merci donc d’envoyer le maximum de courriels et fax au Préfet (il est possible, pour cela, de reprendre les informations du communiqué).
Fax Préfecture : 04-78-60-49-38
dircab.pref69@rhone.pref.gouv.fr
pref-secretariat-prefet@rhone.gouv.fr
pref-sg-pref69@rhone.gouv.fr
michel.delpuech@rhone.pref.gouv.fr


En PJ le lettre intersyndicale envoyée au préfet de Lyon, le 20 août


Documents joints

PDF - 54.1 ko
PDF - 54.1 ko