Contre la sélection à l’université, pour la gratuité des études : abrogation de la LRU (et du LMD)

mardi 21 février 2012
popularité : 25%

Instaurer la sélection des étudiants à l’entrée de l’université et imposer des frais de scolarité de 3 000 euros par an. C’est la proposition faite par Conférence des grandes écoles (CGE) aux candidats à l’élection présidentielle une semaine après la demande formulée par Louis Vogel.

8 février 2012 : le Président de la conférence des universités (CPU) revendique l’augmentation des droits d’inscription à l’université

Louis Vogel, président de la CPU, et fervent partisan de l’autonomie des universités, demande que l’on aille plus loin dans l’autonomie. Il propose que l’on augmente les droits d’inscription, et que ces droits soient progressifs. Plus l’étudiant avancerait dans ses études, plus il devrait payer.

Or, à l’université Panthéon-Assas que dirige Louis Vogel, il existe déjà des masters 2 dont le coût est fort élevé. Ainsi des masters 2 consacrés à la préparation de concours publics tels que le concours d’accès à l’École nationale de la magistrature (ENM) sont facturés 550 euros pour un étudiant qui ne suit pas d’autre formation (et 470 si l’étudiant suit une autre formation à Paris 2), auxquels peuvent s’ajouter la cotisation de la sécurité sociale et la mutuelle.

Il y a aussi, dans cette université, au titre de la formation continue, des masters « hauts de gamme », tels celui conduisant au « Diplôme d’université droit et techniques de l’expertise des oeuvres d’art (Formation continue) » (facturé 3750 euros + les droits d’inscription à l’Université), ou encore le «  Master 2 Professionnel Coaching - Développement personnel en entreprise  » (au prix de 5000 euros)

Ce projet de Louis Vogel, et les exemples déjà mis en oeuvre, donnent une raison supplémentaire d’exiger l’abrogation pure et simple de la LRU (et du système LMD qui en est le point de départ), et de réaffirmer l’exigence de la gratuité totale des études.


Navigation