Liberté d’expression, liberté pédagogique

lundi 26 janvier 2015
popularité : 61%

La mobilisation et l’intervention syndicale ont imposé la levée des sanctions prononcées par le recteur de Strasbourg à l’encontre du collègue d’arts plastiques de Mulhouse qui, au lendemain de l’assassinat des salariés de Charlie Hebdo avait montré des caricatures pour débattre avec ses élèves. Aujourd’hui, à Poitiers, un autre collègue (enseignant de philo) est sanctionné. Une mobilisation locale s’engage avec l’appui des élèves et du SNES académique. Une telle mobilisation doit être reprise partout et organisée à l’échelle nationale.

La CA du SNES de l’académique de Poitiers a décidé de mettre en ligne une pétition demandant "la réintégration du professeur de philosophie de Poitiers". Pétition à signer en ligne ; faire passer le message…
http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2015N47300

Ci-dessous, l’intervention et la motion présentée par les élus Émancipation à la CA académique du SNES de Lyon, le 21 janvier 2015.

Le 7 janvier, à l’annonce de l’assassinat des journalistes de Charlie Hebdo, c’est une mobilisation spontanée qui a réunit des dizaines de milliers de personnes, de jeunes... Au delà de l’émotion, la défense de la liberté d’expression était une exigence centrale.

Le gouvernement a cherché à récupérer cette mobilisation et à l’enfermer dans "l’union nationale" aux côtés d’ennemis de la liberté d’expression. Mais il n’aurait pu réaliser cette “union nationale”, le 11 janvier, sans la soumission des directions syndicales – à Paris la manifestation annoncée pour le samedi à été annulée, les syndicats se soumettant à la marche du dimanche avec, dans le cortège, des chefs d’État ennemis de la liberté d’expression.

Chacun devine qu’il y a un lien entre ces attentats et la politique que mène l’impérialisme français, au Moyen-Orient notamment, avec ses interventions militaires et ses compromissions, avec des régimes féodaux et archi-réactionnaires.

Et l’on voudrait nous faire accepter l’idée que tout cela est dû au laxisme à l’école et qu’il faudrait “repérer” les élèves “déviants”, faire remonter les incidents, sanctionner, trainer, pour un “mot”, des jeunes devant les tribunaux, instaurer un cours hebdomadaire de catéchisme “laïque”...

De même les menaces et les sanctions prises contre les enseignants, comme à Mulhouse, sont intolérables.

Motion Émancipation : liberté d’expression, liberté pédagogique

La CA académique du SNES de Lyon soutient tous les collègues en prise avec des difficultés dans leurs lieux de travail suite aux tragiques évènements survenus récemment.

La CA demande, notamment, la levée immédiate de la procédure disciplinaire engagée contre le collègue du collège François Villon de Mulhouse. Elle demande sa réintégration dans l’établissement.

La CA considère que cette procédure ne correspond en rien à la protection de l’État doit être accordée à ce collègue, comme à tout fonctionnaire attaqué dans l’exercice de ses fonctions. Elle porte, par contre, un grave préjudice à l’ensemble des personnels enseignants, dans l’exercice de leur mission, notamment dans les établissements les plus difficiles.

La CA condamne les injonctions faites par Najat Vallaud-Belkacem à l’Assemblée nationale le 8 janvier : “Même là où il n’y a pas eu d’incident, il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves. Et nous avons tous entendu les “oui je soutiens Charlie, mais” (…) Ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu’on les entend à l’école, qui est chargée de transmettre des valeurs”.

La CA condamne les injonctions du ministère vis-à-vis des personnels, injonctions qui ont mis nombre de collègues en difficulté et favorisé, entre autre, la campagne de dénigrement qui s’est développée autour du collègue de Mulhouse.

Elle exige aussi que cessent toutes les pressions hiérarchiques envers les collègues exercées, suite à ces événements et elle réaffirme son attachement au respect du principe de la liberté pédagogique de l’enseignant et de la liberté d’expression de tous.


Une partie de cette motion a pu être intégrée dans le texte du SNES académique.


À lire :
- le communiqué du 20/01/2015 du Syndicat de la magistrature : "Apologie du terrorisme : Résister à l’injonction de la répression immédiate"
http://www.syndicat-magistrature.org/Apologie-du-terrorisme-Resister-a.html

- communiqué SNES académique de Poitiers :
http://poitiers.snes.edu/la-suspicion-en-reponse-a-la-terreur/http://poitiers.snes.edu/la-suspici...

- communiqué, S1 SNES lycée Victor Hugo de Poitiers :
http://poitiers.snes.edu/communique-de-presse-du-s1-du-lycee-victor-hugo-poitiers-depose-un-preavis-de-greve/

- Lettre de l’intersyndicale du lycée V. Hugo au recteur de Poitiers : http://poitiers.snes.edu/solidarite-avec-notre-collegue-de-philo-de-poitiers/