Lyon, samedi 6 décembre - Rassemblement pour soutenir LES JEUNES MINEURS Isolés et LES JEUNES MAJEURS Sans-papiers

mardi 2 décembre 2014
popularité : 29%

Alors que le gouvernement a déposé au Parlement deux nouveaux projets de lois, l’un sur l’asile et l’autre sur le droits des étrangers (modification du CESEDA), la chasse aux sans papiers, en particulier aux jeunes majeurs et aux jeunes mineurs isolés se poursuit.

Le projet de loi sur l’asile sera examiné à l’Assemblée en procédure accélérée...

Et pour les jeunes mineurs isolés accusés aussi d’être des "fraudeurs", le gouvernement prévoit une nouvelle circulaire sur la base d’un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) qu’il a lui même commandité.

L’objectif de la nouvelle circulaire (comme celui des deux projets de lois) sera de "sécuriser les procédures", c’est à dire de les rendre inattaquables (au regard du doit). Ainsi seront renforcées, voire accélérées, les décisions prises contre les jeunes mineurs isolés : suppression de l’aide sociale à l’enfance, procédures d’expulsion...

Réunion publique, samedi 6 décembre à 15h

Centre social de Gerland, Lyon 7è

(rue Saint Cloud, Tram T1. Bus C22. Arrêt ENS)

Pour les mineurs isolés : tests osseux, condamnation, prison, les menaces d’expulsion ou la rue.

Pour les jeunes majeurs : refus de titres de séjour, obligations de quitter le territoire français (OQTF), la vie sans droits des sans-papiers, les menaces d’expulsion.

Cette année Alkasim, Narek, Carine, des jeunes mineurs scolarisés sans histoire ont un jour disparu de leur lycée et de sont retrouvés en 3 jours accusés d’avoir menti sur leur âge et leur état civil, accusés d’avoir volé le Conseil général, en garde à vue, jugés en comparution immédiate au tribunal correctionnel, jetés en prison...

Nos luttes, et souvent votre solidarité, les ont aidés à sortir de l’engrenage des contrôles et des poursuites du Conseil général, de la police et du Parquet.

Mais aujourd’hui, ce sont des dizaines d’autres mineurs isolés du Rhône qui subissent ou vont subir la même répression. Kélétigui est en prison à son tour. Pour ceux qui s’en sont sortis, c’est rarement définitivement réglé et beaucoup de problèmes continuent de se poser.

Pour pouvoir faire reculer la répression et l’exclusion, nous vous proposons de nous rassembler pour débattre et construire notre riposte.

Voir le tract ICI  :

http://69.emancipation.fr/IMG/pdf/14_12_06_affiche_tract_6_decembre_2014_resf_pour_imprimer.pdf


Documents joints

PDF - 209.8 ko
PDF - 209.8 ko