Le "pilotage pédagogique" : exemple en langues vivantes

jeudi 26 juin 2014
par  HB
popularité : 28%

Le "travail inter-langues", l’utilisation du LPC comme "outil de liaison", le travail en "équipes pluri-disciplinaires", l’intervention des professeurs de langues "dans d’autres compétences que la maitrise d’une langue vivante", l’intervention "dans les dispositifs trans-disciplinaires", l’utilisation de la validation des compétences "à des fins transversales", l’utilisation "d’outils numériques"...

La liste est incomplète, mais elle donne un aperçu de ce que l’on veut imposer aux enseignants de langues vivantes...

Au-delà, c’est l’ensemble des enseignants et des enseignements qui devraient se plier au "travail transversal et pluridisciplinaire" , à l’enseignement et à l’évaluation "par compétences", bref... à "l’innovation pédagogique" définie par la loi Peillon sur l’école. Avec obligation de "formation continue" à l’appui.

Des enseignants de LV de trois collèges de l’académie viennent de subir les premiers effets de ce "pilotage pédagogique".

Voir l’article sur le site et le rapport des IPR (en PJ à la fin de ce même article) :

Contre le formatage des enseignants, combattre la “réforme” Peillon

Lors de la CA académique du SNES de Lyon qui s’est tenue le 23 juin 2014, le élus Émancipation ont soumis au vote la CA la motion ci-dessous.

Ce texte a été adoptée à l’unanimité.

Dans trois collèges de l’académie de Lyon, tous les collègues de LV ont été “visités” dans deux de leurs classes par un binôme de deux IPR.

En fin de semaine les quatre inspecteurs ont fait un bilan avec tous les collègues de langues, bilan dans lequel ils ont critiqués une certaine approche de l’enseignement des langues et certaines méthodes. Il s’en est suivi un rapport écrit de 12 pages démolissant le travail des collègues : ce rapport s’appuie uniquement sur le CECRL au mépris des programmes disciplinaires.
Les IPR font des “préconisations” qui visent à imposer aux collègues du travail transversal en équipe.
De plus, certains collègues se verront imposer des formations, toutes matières confondues.

Le SNES condamne ce type d’inspection/visite et demande l’arrêt immédiat de ce type de procédés.

Il demande qu’aucun des rapports collectifs ou individuel issu de ce type de “visite/inspection” ne figure au dossier des collègues.

Attaché à la défense de la qualification, le SNES défend le droit à la formation continue pour tous les collègues ; mais il rappelle que ce droit n’est en rien une obligation et que la formation continue doit se faire au choix des collègues et sur le temps de travail.

C’est pourquoi, le SNES ne saurait accepter les pressions - de quelle que nature que ce soit – exercées sur les collègues pour leur imposer des formations, remettant ainsi en cause leur qualification. Il demande l’arrêt immédiat des pressions exercées sur les collègues par les hiérarchies, chefs d’établissements ou IPR.

Enfin, le SNES rappelle son attachement à la défense des diplômes nationaux (du bac et du brevet), sachant que seules des épreuves disciplinaires nationales et terminales sont à même de garantir la valeur nationale des diplômes.

Adoptée à l’unanimité de la CA académique de Lyon

* * * * * * * *

Rappelons que le décret Peillon sur les obligations de service (lequel décret abroge les décrets de 1950 sur les ORS) redéfinit le métier.

Il introduit des "missions liées", dont le "travail en équipes pédagogiques et en équipes pluridisciplinaires". Il rend ce travail obligatoire et sous l’étroit contrôle du chef d’établissement...

Rappels d’articles  :

Contre le formatage des enseignants, combattre la “réforme” Peillon

Statut : unité pour le RETRAIT du projet de décret Peillon

À vous de juger

http://blog.nonauprojetpeillon.info/


Documents joints

Motion Emancipation langues vivantes
Motion Emancipation langues vivantes
Rapport des IPR sur l'évaluation des langues
Rapport des IPR sur l'évaluation des langues