Retrait du projet d’évaluation des personnels de l’Éducation nationale

jeudi 15 décembre 2011
popularité : 73%

Le projet du ministère sur l’évaluation des personnels enseignants (premier et second degrés), d’éducation et des CIO est massivement rejeté par les collègues. La question n’est pas de cautionner l’actuelle inspection ou la notation administrative, ni d’engager un débat sur une “réforme de l’évaluation”, mais d’interdire au gouvernement de mettre en place son projet. Bien que le ministère ait apporté quelques modifications aux projets de décret et d’arrêté initiaux, l’essentiel est maintenu :

· évaluation par les seuls supérieurs hiérarchiques (IEN, chefs d’établissement) et soumission totale des personnels à l’arbitraire de ces derniers dans le Second degré et pour les agrégés et certifiés affectés dans l’enseignement supérieur (PRAG et PRCE).

· individualisation au "mérite" des carrières et du salaire

· suppression de la grille de progression dans la carrière au profit d’un "entretien professionnel" tous les 3 ans avec le supérieur hiérarchique, assorti d’un rapport et de l’attribution – ou non !- de "réductions d’ancienneté". Pour beaucoup, la carrière sera ralentie ; elle sera totalement individualisée et avec des fluctuations imprévisibles.

· fin de l’indépendance et de la liberté pédagogiques, soumission renforcée aux politiques ministérielles : la notation ne tient plus compte de l’enseignement en classe, mais de critères subjectifs définis dans le cadre de la mise en œuvre des réformes ("faire progresser chaque élève", "pratique professionnelle dans l’action collective de l’école").

· nouvelles dégradations des conditions de travail : ainsi la référence à une "auto évaluation" qui rendrait les personnels responsables de la difficulté scolaire produite par la situation sociale et les mesures du ministère… et les culpabiliserait.

· volonté de soumettre les organisations syndicales pour accompagner la politique ministérielle. En cas de contestation par les personnels, quel sera le rôle des CAP ?

Ce projet est l’application dans l’Enseignement d’un décret de la Fonction Publique, déjà en vigueur chez les personnels administratifs et techniques dégradant les conditions de travail et les statuts. Dans le supérieur, suite à la modification statutaire accompagnant les “réformes”, le personnel enseignant est soumis à de fortes pressions. Le combat pour le retrait des projets de décret et d’arrêté Chatel participe de la mobilisation pour l’abrogation de tous ces dispositifs de “management”.

Face à la résistance, le ministère manœuvre.

Il a annoncé un calendrier en trois étapes : une série de rencontres “bilatérales” pour“discuter des contre-propositions des syndicats”, une deuxième série de rencontres “pour faire émerger des propositions négociées pouvant faire l’objet d’un accord soumis à signature”, une “réunion multilatérale au cours du 1er semestre 2012 préparatoire au Comité technique” (relevé de conclusion du 1er/12, suite à la rencontre avec le SGEN).

Ce projet n’est ni amendable ni négociable : retrait pur et simple

Combattre pour son retrait implique de rejeter toute “concertations” et d’annoncer publiquement que le syndicat refusera toute rencontre “bilatérale” ou “multilatérale” pour discuter de “contre propositions” : de telles rencontres visent cautionner l’émergence de “propositions négociées”… contre les personnels.

Sur cette base peut être construit un véritable rapport de forces

Cette exigence doit être relayée par des AG pour exiger “aucune concertation”, “retrait pur et simple” du projet et pour préparer les suites de l’action.

Sur cette orientation, il est de la responsabilité des organisations syndicales d’appeler à la tenue de ces AG afin de préparer la grève jusqu’au retrait des projets de décret et d’arrêté dès la rentrée de janvier.

Contact : emancipation.rhone@gmail.com - Site : http://69.emancipation.fr/


Documents joints

PDF - 103.4 ko
PDF - 103.4 ko